Chien fugueur : causes et solutions

Vous avez adopté un chien que vous adorez, et cet amour est réciproque. Mais il y a une ombre au tableau : votre animal fugue régulièrement ! Vous vous absentez avec la crainte de ne pas le retrouver dans le jardin et à chaque qu’il disparaît, l’angoisse de ne pas le retrouver. Voici quelques conseils pour corriger les mauvaises habitudes d’un chien fugueur.

Comprendre pourquoi votre chien fugue

Votre chien ne fugue certainement pas sans une bonne raison (du moins de son point de vue). Vous devez donc déterminer les motivations qui le poussent à filer à l’anglaise.

L’ennui est parfois une cause de fugue. Un chien qui passe son temps seul dans un jardin a envie de bouger, de voir du pays. Il va donc se lancer dans l’exploration de son environnement, partir à l’aventure et commettre au passage quelques bêtises ! J’ai moi-même adopté un chien, braque croisé beauceron, qui a été abandonné car il était fugueur : livré à lui-même, il quittait la ferme de son ancien propriétaire pour aller se promener dans la campagne et vider les poulaillers du voisinage !

Un chien peut aussi fuguer pour rejoindre des congénères. Un mâle peut sentir une femelle en chaleur à des kilomètres à la ronde et il aura certainement envie de la rejoindre, surtout s’il est entier ! Votre chien peut tout simplement vouloir retrouver des congénères qu’il apprécie et tromper l’ennui en leur compagnie.

L’hyper-attachement est une autre cause fréquente de fugue. Un chien vous est parfois trop attaché à son maître. Vous le laissez seul ? Il ne supporte pas ce qu’il vit comme un abandon et se lance à votre recherche ! Cette situation arrive relativement souvent avec des chiens de refuge qui ont connu un abandon par le passé.

Enfin, sachez que certaines races sont réputées plus fugueuses que d’autres. Le husky, par exemple, bien que très attaché à son maître, aime bien partir à l’aventure sur plusieurs dizaines de kilomètres et parfois pendant plusieurs jours. S’il revient généralement à la maison, les dangers en chemin sont nombreux.

Corriger le comportement d’un chien fugueur

Faites appel à une comportementaliste canin pour déterminer les causes réelles d’une fugue. En effet, il faut comprendre le problème pour le résoudre en profondeur.

Si votre chien est fugueur par ennui, occupez-le ! Vous devez déjà le sortir régulièrement, au moins deux fois par jour, avec une belle promenade de 45 min à une heure. S’il croise d’autres chiens, c’est encore mieux. Et cela est valable même si vous avez un grand jardin où il peut s’ébattre en liberté ! Pensez aussi à lui trouver des occupations pendant votre absence. Cachez des croquettes et friandises dans votre logement ou dans le jardin, utilisez un jouet conçu pour y cacher de la nourriture comme ceux de la marque Kong. Il sera occupé à les chercher et sera moins disposé à fuguer.

Pour les chiens souffrant d’hyper-attachement, vous devez travailler en profondeur sur ce comportement. Par exemple, bannissez les rituels à votre départ et à votre retour. Ignorez-le en partant et en rentrant. Pensez aussi à l’occuper pendant votre absence : cachez-lui des friandises comme conseillé ci-dessus (même s’il n’y touchera pas, du moins au début). Vous pouvez aussi lui apprendre à rester seul en augmentant progressivement votre temps d’absence : quelques minutes, puis plusieurs heures. Si vous l’occupez pendant cette absence, si vous ne mettez pas en place de rituels, il finir par comprendre que ces va-et-vient sont normaux. Vous pouvez aussi lui laisser un objet qui porte votre odeur pour le rassurer.

Votre chien fugue pour retrouver des femelles ? La meilleure solution est à mon avis la castration, surtout si vous n’avez pas pour projet la reproduction de votre compagnon.

Mon chien fugue : contact Bouches du Rhône
Un problème de chien fugueur dans les Bouches du Rhône ? Contactez Charlotte Eaton au 07 83 93 13 77

Chien fugueur

Sécuriser sa propriété pour limiter les fugues

La fugue est dangereuse pour l’animal et peut vous coûter cher. Vous êtes responsable de votre animal, même lorsqu’il n’est pas sous votre surveillance, et vous pouvez être sanctionné pour cela. On parle en effet d’animal en divagation, et c’est sanctionné par une contravention de 38 € qui peut s’élever à 150 € si l’animal représente un danger pour les personnes.

Pensez à sécuriser votre propriété. Le mieux reste encore la clôture. Prévoyez une clôture suffisamment haute pour l’empêcher de sauter. Vous n’avez pas idée par exemple de la détente d’un husky et seule une clôture de deux mètres (au minimum) pourra l’arrêter ! Pensez aussi à enterrer votre clôture. En effet, s’il ne peut pas passer par dessus, il tentera peut-être de passer en-dessous. J’ai connu une chienne, Wendy, qui en quelques minutes pouvait creuser un véritable piège à ours (en exagérant un peu quand même) ! Ciment coulé dans le grillage, ou grillage passé dans un tuyau enterré à plus de 50 cm de profondeur devraient vous suffire.

Vous avez déjà peut être entendu parler des colliers électriques. Un périmètre est défini par des bornes ou une localisation GPS et quand le chien s’approche des limites, une sonnerie le rappelle à l’ordre. S’il insiste et veut passer, une décharge électrique lui est envoyée. Je ne suis pas favorable à ces systèmes : ils peuvent être douloureux pour l’animal et ne pas être suffisamment dissuasifs. En effet, certains chiens fugueront quand même et encaisseront volontairement la décharge électrique, prix à payer pour vagabonder librement.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *